Mali Arun, catalogue du 63e Salon de Montrouge, 2018

C’est un feu au cœur de la nuit que des silhouettes étrangement masquées traversent. La scène, dont la puissance fascinatoire est accentuée par des effets de ralentis, le défilé à l’écran d’un récit fantasmatique et une musique envoûtante, semble rêvée. Elle ne l’est pas. Les images qui composent cette œuvre immersive intitulée Saliunt Venea (« battements de cœur »), ont été tournées en situation documentaire, au cours de la traditionnelle fête de la Saint-Jean d’un village d’Alsace. Là-bas se perpétue une coutume singulière, un rite de passage à l’âge adulte pour certains jeunes des environs qui, la tête protégée d’une couronne de roses volées, partent au solstice d’été à l’assaut d’un feu de joie. Ces plans d’une beauté plastique éblouissante servent également la matière de Feux, un court-métrage réalisé la même année. Car ainsi se construit la pratique de Mali Arun, de plain-pied entre l’art et le cinéma, et dans un rapport concret au réel qui, souvent, double la fiction. À son sujet, on pense volontiers au brouillage des genres opéré par Werner Herzog et à sa quête de l’illumination, telle qu’il l’a formulée : « Il y a une couche plus profonde de vérité au cinéma et il existe quelque chose comme une vérité poétique, extatique. Cela est mystérieux et insaisissable, et ne peut être atteint que par la fabrication, l’imagination et la stylisation1. » Pour Mali Arun, la recherche se situe autant dans la manière dont l’être humain s’approprie un territoire, qu’il s’agisse de s’y prélasser comme dans l’imagerie biblique dévoyée de Paradisus, ou de l’habiter comme dans Déplacés, Barak et La Maison. Une approche qui se joue régulièrement par la marge, à la rencontre de personnes vivant contre la norme, avec le souhait de les filmer en les laissant être telles qu’elles sont, dans toute leur différence. Comme si à travers l’objectif, elle souhaitait apprendre à toucher du regard à quelle distance d’elle commence l’autre2.

1 Werner Herzog, Déclaration du Minnesota : vérité et fait dans le cinéma documentaire, 1999

2 Il s’agit d’une référence à une réflexion de Serge Daney, parue dans Persévérance, entretien avec Serge Toubiana, Paris, P.O.L, 1994, p 39 : « Et le cinéma, je sais bien pourquoi je l’ai adopté : pour qu’il m’adopte en retour. Pour qu’il m’apprenne à toucher inlassablement du regard à quelle distance de moi commence l’autre. »
 

PDF
Salon de Montrouge
Mali Arun


← Retour